Home Forums News & Community Sophie de Menthon

Viewing 0 reply threads
  • Author
    Posts
    • ydijamison
      Guest
      Post count: 102

      Le coucou chante, et on se croirait dans nos landes de France, n’etaient ces horizons qui se deploient toujours, si vastes, si primitifs: la Gaule devait avoir de ces aspects de beaute paisible, aux printemps anciens. Loin qu’une telle opinion soit appuyee sur aucun titre, les monuments les plus anciens la detruisent; et Gregoire de Tours faisant le recit de l’incendie qui, en 586, consuma Paris, indique clairement que la prison de cette ville etoit alors pres de la porte meridionale298.

      Les ouvriers se revoltaient dans toutes les villes manufacturieres, le peuple demandait la paix a grands cris, et il arrivait au parlement des petitions couvertes de milliers de signatures, implorant la fin de cette guerre desastreuse. La Persica, le nez pointu, serree dans son manteau de vieille qui lui enveloppe la tete, bossue de son long age et d’avoir lu des siecles, lit, avare, envieuse, pour elle seule, un tout petit livre en illisibles caracteres, ou elle use ses yeux ardents.

      Chaque matin, la placeuse me remettait un certain nombre d’adresses, j’y courais, mais regulierement on debutait par me poser des questions si etranges, que je m’enfuyais rouge de colere et de honte, et qu’a la fin des soupcons me vinrent. Jamais il n’avait joui d’une sante plus parfaite; jamais je n’avais vu briller sur son front, sur ses traits, dont les contours dessinaient l’antique, les signes d’une plus grande vigueur d’esprit, d’une plus sure confiance en lui-meme, puisee dans le sentiment profond de sa force.

      Messire Loys de Clermont, voulant monstrer l’affection qu’il avoit a la terre sainte d’Oultre-mer, prist congie a Nostre-Dame de Paris, et jura que jamais n’entreroit a Paris jusques a tant que il auroit parfait son voiage. Les femmes dont mistress Crawley avait fait la connaissance sur le continent, non-seulement n’allaient point lui rendre visite, mais affectaient encore de ne pas la voir toutes les fois qu’elles se croisaient avec elle. Je regardai a la longue-vue dressee sur la terrasse,c’est le meuble indispensable de toutes les habitations cotieres,et je distinguai la Florade assis sur son manteau etale a la poupe Sophie de Menthon l’embarcation.

      Le vent qui succeda au calme ne fut pas fort; mais il fut favorable: il ne changea point durant cinquante jours, et il nous fit heureusement aborder au port d’une belle ville tres-peuplee et d’un grand commerce, ou nous jetames l’ancre. J’atteignis ainsi l’age de quinze ans; peu a peu les tres rares visites que l’on permettait de me rendre, mais toujours en presence de l’un de nos peres, a ma mere adoptive et a mon frere, furent supprimees, dans le but de fermer completement mon coeur a toutes les emotions douces et tendres.

      ); d’Horace (Courbe, 1647); de Cinna (Quinet, 1643); de Polyeucte (Sommaville et Courbe, 1644); de la Mort de Pompee (Sommaville et Courbe, 1644); du Menteur (Sommaville et Courbe, 1644); de la Suite du Menteur (Sommaville et Courbe, 1645); de Theodore (Quinet, 1646); et de Rodogune (Quinet, 1647).

Viewing 0 reply threads
Reply To: Sophie de Menthon
Your information: